L'Air Blinois du premier semestre 2018 est sorti !

Edito

Avec la nouvelle majorité nous sommes devant une énième salve de libéralisme pour que vive cette concurrence qui fait des dividendes aristocratiques et fragilise les gens.

Le progrès économique et social est de plus en plus morcelé et mélé aux crises spéculatives.

Tout cela concoure à des divendes qui battent des records pour les familles les plus riches en France et dans le monde.

La planète est lieu d'affrontement pour ses marchés ses matières premières ses zones de bas salaires...etc.

OUI, il faut défricher à nouveau d'autres idées pour conduire les sociétés.

OUI, le PCF réfléchit en son sein,et à votre écoute pour parler au plus juste.

OUI, cette voix ne sera pas très relayée, mais n'hésitez pas à tendre l'oreille pour votre réflexion et votre action.

Et cette voix actualisée sera orientée Espoir car il est indispensable de gagner Ensemble du mieux vivre réel.

Au sommaire

Tout ne va pas mal pour qui pense à l'avenir

Nous n'aurions pas pu dire cela il n'y a pas si longtemps : le PCF est peut-être le Parti politique qui se porte le mieux à gauche en ce moment... Mais comment utiliser cette force en se renouvelant ? Tel sera l'objet de notre Congrès qui se tiendra du 23 au 26 novembre 2018. Une chose est sûre, notre rêvolution passera toujours par la défense du bien vivre, du progrès social, de l'emploi, de l'avenir industriel et écologique et de la démocratie.

Regards sur le National

Hollande en 5 grandes erreurs

Hollande

Non, tout n'est pas mauvais dans le dernier quinquennat et on peut saluer le mariage pour tous, le non cumul des mandats et les tentatives de réforme de la justice dans le bon sens mais on ne peut pas faire l'économie de l'examen de cette période :

  • Les nouveaux rythmes scolaires, trop peu concertés avec le monde de l'éducation et scientifique, faisant porter la charge sur les communes et générateur d'heures de travail précaires ;
  • Des lois travail facilitant surtout les licenciements et affaiblissant la représentation des salariés ;
  • Une polémique absurde sur la déchéance de nationalité qui a fait douter les femmes et hommes de droit et de progrès ;
  • Les ponctions sur les budgets des communes, départements et régions qui les placent dans une situation critique pour de nombreuses années ;
  • Une politique économique qui se résume au Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi qui coûte plus de 20 milliards d'euros à la Nation et en rapporte autant au patronat et sans créer d'embauche.

Bref, un quinquennat qui a savonné la planche à une gauche qui, pour une large majorité de ses défenseurs, doit rester dans une ligne de progrès social et d'émancipation des personnes. L'espoir est à faire revivre et nous, communistes, sommes persuadés qu'il est une valeur de gauche.

Premier regard sur Macron: vieilles recettes revisitées et charme des milliardaires

Macron

Il vient d'avoir 40 ans et a une belle collection de montre, Serge Dassault chante ses louanges dans le Figaro et le patronat français est aux anges : le Président Macron est un marcheur dont on sait d'où il vient et où il va.

Derrière son allure de jeune cadre dynamique aux dents longues, ce bourgeois se révèle dans la plus pure tradition de sa classe : le goût de la distinction, l'utilisation moralisatrice du pouvoir de l'État et surtout une politique économique destinée à justifier et à faire perdurer les inégalités de conditions sociales.

Les effets concrets s'accumulent : fin de l'Impôt Sur la Fortune, diminution des cotisations patronales en faveur des salariés, diminution des Aides Pour le Logement, poursuite du Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi, les rares gains de pouvoir d'achat faits sur le dos des communes et non par un meilleurs partage des richesses entre les actionnaires et les salariés (suppression à terme de la taxe d'habitation).

Tout est fait pour qu'en produisant moins, l'argent aille toujours davantage dans les mêmes poches... Ce qui n'est pas bon pour l'emploi, d'ailleurs.

La france de Macron : une démocratie et un état low-cost ?

Dans le domaine des services publics et des institutions, nous remarquons la tendance à un État low-cost : baisses en tout genre : élus, lignes SNCF, soutient de l'État aux territoires, lits d'hopitaux à l'excès pour le tout ambulatoire, du service scolaire rural...

Ces objectifs de moindres coûts sont poursuivis sur un mode rapide et autoritaire : déstabilisation des statuts (de cheminots comme de fonctionnaires), recours aux ordonnances, fausses concertations...

Face à la start-up nation low-cost, nous voulons une République qui ait de l'ambition à entreprendre démocratiquement pour construire un avenir de qualité pour tous plutôt que pour le luxe de quelque uns.

Proche de vous

Éclairage public : moderniser avec LED plutôt que de payer pour couper.

Motivée par des préoccupations budgétaires et aussi pour la préservation des rythmes de la faune, la coupure de l'éclairage public sur certaines plages horaires est à la mode. Il en est question sur Saint-Herblain. Disons le : nous y sommes opposés avant tout pour des questions de sécurité publique et parce que cela aurait un coût important pour se faire. Selon nous, il est possible de conserver ce service rendu à la population tout en étant plus vertueux, ceci en modernisant les luminaires en les passant en led et en optimisant les faisceaux lumineux.

Stratégie portuaire : n'oublions pas la façade atlantique et ses habitants !

GPM

Un port, c'est un outil au service de l'emploi tous secteurs confondus, avec pour celui de Nantes-Saint-Nazaire plus de 24 000 générés ; c'est aussi une institution qui contribue à la préservation de l'environnement...

N'aborder que le devenir du Havre, Marseille et Dunkerque comme le fait le Gouvernement en voulant se désengager de tous les autres montre une méconnaissance qui met en péril le devenir de notre bassin d'emploi : activités de construction navale, aéronautique et secteur énergétique bénéficient de la façade atlantique et de la mise en valeur du fleuve.

Centrale EDF de Cordemais, un outil industriel d’avenir dans la Transition Énergétique !

Cordemais

Mais alors pourquoi MACRON a-t-il annoncé la fermeture des Centrales Charbons en 2022 ? Sans doute que la communication avec son ministre de l’Environnement Hulot et le Président était défectueuse ?

Depuis fin 2015 la Centrale : Direction et Syndicat Cgt, porte un projet de Co-Combustion Biomasse et Charbon en vue de faire ensuite fonctionner la Centrale uniquement avec des pellets d’origine végétale, ou bois transformés reconvertis en combustible.

Ce projet a un impact bien au-delà de la seule Centrale, car utiliser la Biomasse comme combustible, c’est utiliser une Energie stockable. Utiliser un déchet ensuite valorisé comme les végétaux, ayant durant leur croissance consommé du CO2, le transformer en pellet, grâce à la vapeur de la Centrale, le stocker et l’utiliser permettront d’assurer une continuité de fonctionnement.

Lorsqu’il n’y a pas de vent les Eoliennes ne produisent rien, et portant il faut compenser cette perte d’énergie. La nuit ou lors de temps très couvert, l’énergie solaire ne produit rien, hors par temps très froid tel que début Mars, les 2 tranches Charbon, et la tranche Fioul arrêtée définitivement le 31 Mars tournaient à plein régime.

De 2012 à aujourd’hui 500 Millions d’Euros ont été investis pour mettre la Centrale aux Normes des émissions atmosphérique. Cela a permis entre-autre d’absorber 99% des poussières contenues dans les fumées des 2 tranches charbon.

Si la centrale continue sa conversion à la Biomasse, le CO2 sera séquestré, puis envoyé sur Donges afin de nourrir des algues elles-mêmes rejetant à leur tour de l’oxygène durant leur croissance, et servant ensuite de biocarburant ou à la méthanisation. L’alimentation en végétaux depuis le Port par bateau, et le Barging sur la Loire bénéficieront à l’activité portuaire.

Pour l’alimentation électrique de la Bretagne et l’activité économique de Nantes-St-Nazaire, dans l’intérêt des 1500 salariés du site de production de Cordemais et les salariés des Ports et docks, il faut un moratoire sur la décision de fermeture des Centrales Charbons en 2022.

La transformation d’un outil Industriel nécessite du temps, alors prenons le, ce sera bon pour la planète, pour l’environnement et le déploiement des énergies renouvelables dans un mix-energétique absolument nécessaire dans l’intérêt du service public et celui des usagers !

International

Extrême Droite ou extrême démagogie ?

fachos

Pologne, Hongrie, Italie, Autriche, Hollande, Norvège... toute l'Europe, voire la Russie, est influencée par divers mouvements ayant pour point commun des similitudes d’extrême droite. Parmi elles, la xénophobie ciblée est la clé de ces rassemblements politiques. L'anti-parlementarisme et le conservatisme passéiste en sont aussi des éléments de discours. Derrière ces marqueurs qui peuvent séduire, et notamment celles et ceux qui souffrent le plus dans nos sociétés, se cache avant tout le renforcement du pouvoir des riches sur tous les autres et un impérialisme national ou européen qui présente des dangers. Nous, communistes, mettons en garde contre ces tendances qui s'affirment.

Idées

Que retenir des soviets de 1917?

1917

2017 aura été l'anniversaire d'un grand bouleversement du XXème siècle : la chute de la tyrannie des Tsars de Russie. Leur succède des assemblées populaires (les soviets) et en même temps la mise en place d'un Gouvernement impopulaire, déterminé à continuer le bain de sang de la première guerre mondiale et à perpétuer l'oppression sociale subie par la paysannerie et les ouvriers. Le Parti bolchévik, fort de seulement quelques milliers de militants, résume son programme de réformes par : "Le Pain, la Terre, la Paix, la Liberté" et demande tout le pouvoir pour les soviets.

Menacés d'arrestations visant à court-circuiter leur prévisible victoire au renouvellement des soviets, les bolchéviks et leurs alliés prennent le pouvoir en novembre. Ils parviendront à le conserver ce qui donnera naissance à l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Depuis la Commune de Paris, les idées de progrès social n'avaient pas été au pouvoir et l'avènement de cet État ouvrier a bouleversé ce monde toujours dirigé par quelques familles de privilégiés.

Le reste de l'histoire gagne aussi à être connue en détail et en nuances dans ses tragédies comme dans ses gloires. Car c'est une parenthèse aujourd'hui refermée qui doit faire réfléchir mais certainement pas renoncer.

Fichier attachéTaille
Icône PDF Air_blinois_2018.pdf752.82 Ko